Le Longe Côte® et la Marche Aquatique Côtière sont deux noms pour qualifier une même discipline sportive qui consiste à marcher en milieu aquatique au bon niveau d’immersion, c’est-à-dire avec une hauteur d’eau située entre le nombril et les aisselles (immersion minimum au-dessus de la taille) avec et sans pagaie.

Origines

Le Longe Côte® est à l’origine une méthode de musculation avec pagaie conçue pour l’entrainement des rameurs. Apparue en 2005 sur le littoral du nord de la France, cette pratique a été élaborée par un entraîneur professionnel d’aviron, à la recherche d’une activité de renforcement musculaire et cardiovasculaire sans traumatisme articulaire.

Grâce à ses vertus, sa facilité d’accès, sa convivialité et sa lucidité, elle connait un vif succès et se pratique désormais sur la majorité du littoral français.

L'activité santé idéale de l'été      

     

Le longe-côte ou mac, est une activité non seulement conviviale, amusante et tonifiante, mais aussi excellente pour renforcer le système cardio-vasculaire et l’équilibre.

Entre randonnée et gymnastique aquatique, le longe-côte est une activité physique à découvrir l'été mais à pratiquer aussi toute l'année. L'essayer, c'est l'adopter!

 On marche dans l’eau en file indienne        
 

Créé par un entraîneur d’aviron de Dunkerque, l’activité peut se pratiquer à tout âge, que l’on soit un peu sportif ou pas du tout, mais exige un certificat médical. Elle consiste simplement à marcher dans la mer, immergé jusqu’à la taille ou la poitrine, avec ou sans accessoire. En fonction de la température de l’eau, on enfile ou non une combinaison. Dûment équipé, on avance ensuite en file indienne derrière le coach, en enchaînant mouvements de jambes et de bras, en faisant volte-face pour repartir dans l’autre sens ou en marchant à reculons. On évolue ainsi sur trois à quatre kilomètres pendant une bonne heure. En s’amusant beaucoup, en profitant du paysage et en prenant soin de soi.


  On renforce son cœur, ses veines, son équilibre  

     Marcher dans l’eau présente un double avantage: profiter des bienfaits d’une activité d’endurance sans pour autant peser sur les articulations (surtout si l’on est en surpoids), puisqu’on évolue en apesanteur, contrairement à la marche ou au jogging. Tout en douceur, le longe-côte permet donc de renforcer l’ensemble du système cardio-vasculaire. La fréquence cardiaque s’améliore, la tension artérielle baisse, le taux de mauvais cholestérol aussi. Mieux oxygéné et re-minéralisé grâce à l’iode et aux ions négatifs du bord de mer, on développe sa capacité pulmonaire, son souffle et on relance les fonctions de l’organisme, comme en thalassothérapie. Et sous l’effet conjugué de la marche et de la résistance de l’eau, on active le retour veineux pour soulager jambes lourdes et lutter contre les varices. En prime, on améliore la stabilité de ses chevilles par un travail de proprioception, dû à l’instabilité de la surface.

 On tonifie ses muscles et on affine sa silhouette


Marcher immergé à contre-courant sollicite plus intensément les muscles que sur la terre ferme. Avec le longe-côte, non seulement on entretient et on développe son tonus musculaire en profondeur mais on affine et on tonifie toute sa silhouette, des chevilles jusqu’au cou, bras compris. On bénéficie aussi de l’action drainante de l’eau pour s’offrir un hydro-massage anticellulite à moindre coût. Et plus la température de l’eau sera basse, plus la dépense énergétique sera importante. En combinaison, l’activité pouvant se pratiquer toute l’année, on peut donc en faire un allié santé-minceur-bien-être même en plein hiver!

Il nous faut seulement un shorty ou une combinaison en néoprène pour ne pas avoir froid rapidement, et surtout des chaussons afin que les pieds soient protégés des « vives » ou autre animal marin style crabe.

Nous ne faisons pas de la gym dans l’eau mais différentes sortes de déplacements afin de travailler équilibre et musculation des bras dans l’eau car nous avançons avec de jolis gants « palmipèdes » ou des plaquettes adaptés à notre morphologie.